Philippe Blazquez psychanalyste sexothérapeute bordeaux thérapie de couple bordeaux
Philippe Blazquez psychanalyste sexothérapeute bordeaux thérapie de couple bordeaux
Philippe Blazquez psychanalyste sexothérapeute bordeaux thérapie de couple bordeaux
Philippe Blazquez psychanalyste sexothérapeute bordeaux thérapie de couple bordeaux
Philippe Blazquez psychanalyste sexothérapeute bordeaux thérapie de couple bordeaux
Philippe Blazquez psychanalyste sexothérapeute bordeaux thérapie de couple bordeaux
Philippe Blazquez psychanalyste sexothérapeute bordeaux thérapie de couple bordeaux
Philippe Blazquez psychanalyste sexothérapeute bordeaux thérapie de couple bordeaux

La psychanalyse permet de mieux être soi même

La psychanalyse est une aventure à la découverte de soi

L'analyse est un processus évolutif en accéléré

Bienveillance - Écoute - Neutralité - Empathie

 

 

 

 

 

LE TERME « PERVERS NARCISSIQUE »

 

Le terme « pervers narcissique » a été inventé par le psychanalyste Paul-Claude Racamier en 1986. Il reprend 2 concepts issus de la psychanalyse à savoir le narcissisme et la perversité (à ne pas confondre avec perversion).

Le terme est devenu populaire à partir du milieu des années 90, il peut être comparé dans certains cas au terme de sociopathe qui lui, au contraire du pervers narcissique, est reconnu par les instances psychiatriques et qui est une pathologie mentale à proprement parler.

 

A cela, nous pouvons rajouter également le terme de manipulateur qui est lui aussi fréquemment utilisé avec le terme pervers : « pervers manipulateur ».

 

Aujourd’hui, nous pourrions avoir tendance à en voir partout, un collègue, une connaissance, son conjoint, …

Nous pourrions presque dire que nous avons tous croisé un jour un PN.

Cependant, seul une faible partie de ceux que nous suspectons de l’être sont de véritables pervers sociopathes, les autres ne le sont pas forcément.

 

 

 

NARCISSIQUE – MANIPULATEUR - PERVERS

 

Le narcissique

 

Ce terme de narcissisme a été développé par Freud au début du XXème siècle, il a tendance à avoir une connotation négative. On a l’habitude de dire que le narcissique est imbu de sa personne, qu’il ne se soucie pas des autres, qu’il ne regarde que son nombril, qu'il ne s'intéresse qu'à son image.

 

Ca peut être vrai dans certains cas mais ce n’est pas aussi simple, le narcissisme est à rapprocher de l’estime de soi, de l’amour de soi. C’est une composante essentielle de notre personnalité, sans un minimum de narcissisme nous ne survivrions pas.

 

Selon le mythe fondateur de Narcisse qui se regarde dans l’étang pour voir son image, on a tendance à penser que c’est parce qu’il s’aime trop. Or, si Narcisse regarde son image, c’est parce que tout le monde le désire et il cherche alors à comprendre pourquoi tout le monde le désire. Cet autre est important, la dimension narcissique inclus l’image de soi mais aussi le rapport à l’autre, un narcissisme équilibré permettant de mieux se rencontrer et ainsi de mieux rencontrer l’autre. Nous pouvons dire que le narcissisme c’est le lien que l’on a avec soi-même et à fortiori avec l’autre.

 

Un narcissisme déséquilibré va entrainer des difficultés dans la rencontre avec l’autre, un déséquilibre, voire une toxicité (relations toxiques).

Quelqu’un avec une faille narcissique importante pourra avoir tendance à utiliser, voire à dévaloriser l’autre non pas pour lui faire du mal ou le dominer, mais pour se valoriser lui au travers de l’autre. Il pourra aussi pomper son énergie (valeurs, statut social, ami, …) pour se l’approprier et se valoriser ainsi (se renarcissiser).

 

Mais l’autre peut aussi nous réparer dans la relation, nous parlerons de relations pansements ou relation névrotiques et ce ne sera pas forcément une mauvaise chose, tout dépend de la manière dont ce sera fait.

 

Notre degré de narcissisme va également influer sur la place que nous laissons à l’autre, est ce que je prends toute la place ou au contraire est ce que je m’efface devant l’autre, c’est un juste équilibre à trouver.

 

A des degrés plus ou moins élevés nous pouvons dire que nous sommes tous narcissiques.

 

 

Le manipulateur

 

Etymologiquement le terme manipuler provient de la main, c’est ce qui permet d’agir sur notre environnement, le transformer, l’utiliser.

 

Comme pour le narcissisme, le terme de manipulateur a mauvaise presse aujourd’hui dans nos sociétés. Or, est ce qu’utiliser « sa main » pour agir sur son environnement est forcément mauvais ? La réponse est non, tout dépend ce que j’en fais, à quel escient je vais manipuler, pour quoi faire, dans quel but.

 

De même que pour le narcissisme, nous voyons que ce n’est pas aussi simple, que la manipulation ce n’est pas forcément mauvais, qu’elle peut même être utile à notre bien être et celui des autres, que manipuler ce n’est pas forcément mentir, cacher, ou déformer la vérité.

La aussi, nous pouvons dire qu’à des degrés différents, nous sommes tous manipulateurs puisque nous agissons tous sur notre environnement.

 

 

Le pervers

 

La psychanalyse différencie la perversion de la perversité, pour elle une perversion est une pratique qui a été transformée pour satisfaire à nos exigences. La perversité, elle, a pour but de dominer voire de détruire l’autre, pas la perversion. En psychanalyse nous parlerons de structure perverse, c’est une pathologie que nous pouvons relier au terme plus moderne de sociopathe. Les sociopathes ont une structure perverse et ils font preuve de perversité. La perversion c’est différent, par exemple le masochisme, le fétichisme, le sadisme sont des perversions et nous avons tous en nous à des degrés plus ou moins important des perversions.

 

Le vrai pervers à une structure proche du psychotique, il n’est pas totalement dans la réalité, il la rejette car elle lui fait très peur, il est dans le déni et dans le clivage. L’autre est perçu comme tout bon ou tout mauvais et il oscille entre ces 2 états. Le pervers est très narcissique (d’où l’expression pervers narcissique), l’autre n’existe pas, il n’est qu’un objet qu’il manipule et qu’il détruit ou élève à son gré, son plaisir c’est de manipuler pour manipuler, sans but précis si ce n’est de dominer totalement l’autre. Il ne se remet jamais en question (il en est incapable) et s’il va voir un thérapeute souvent ça ne durera pas longtemps et il vous dira que tout va bien, que c’est vous qui avez un problème.

 

Ils peuvent être les conjoints ou conjointes les plus parfaits et les plus terribles, ce qui est très déstabilisant. Il n’y a pas de juste milieu, ils seront soit très destructeurs, soit très valorisants sans qu’il y ait de moments où ils sont entre 2. C’est aussi un moyen de les détecter cette double personnalité, c’est Dr Jekyll et Mr Hyde.

 

Le pervers reste pervers toute sa vie, il n’y a pas de guérison possible, il est très difficile de changer l’autre, mais eux, c’est carrément impossible, inutile d’essayer.

 

 

Casanova et Dom Juan

 

Casanova peut être rangé dans la catégorie des manipulateur hors pair, son but est de posséder la femme, non pas pour la détruire comme le pervers, mais pour se rassurer sur sa capacité à la faire jouir et à se sentir homme ainsi (il vérifie qu’il n’est pas castré).

 

Dom Juan lui est un narcissique, il ne cherche qu’à séduire pour se rassurer sur sa capacité de séduction, sur la valeur de son image. Dans le même temps il a très peur des femmes, d’ailleurs c’est son valet qu’il envoie au rendez-vous pour vérifier qu’elles sont bien là, car c’est cela qui lui importe uniquement.

 

Aucun des 2 n’est véritablement un pervers.

 

 

 

COMMENT LES REPERER

 

Si l’individu a au moins 15 des 30 points ci-dessous forte suspicion qu’il soit un pervers. En général les vrais pervers dépasseront les 20 points.

 

Culpabilise sa victime en inversant les rôles

Susciter un sentiment de culpabilité chez sa victime est une manœuvre dans laquelle le pervers narcissique prend un véritable plaisir. En reportant sa responsabilité sur sa cible, il la pousse à admettre qu’elle seule est responsable d’une situation. Se défausser de ses torts est une spécialité du manipulateur.

 

Ne communique pas clairement, nie les évidences

Impossible de connaître avec exactitude ses demandes, ce dont il a besoin, ses sentiments comme ses opinions. Il fait en sorte que sa proie soit perpétuellement en train de chercher à le comprendre, c’est pour ce motif qu’il répond souvent de manière à entretenir l’ambiguïté.

• « T’as mal compris, j’ai pas dit les choses dans ce sens-là… »

• « J’ai pas fait ça dans ce but… »

• « Je l’ai pas dit pour toi… »

 

À chaque personne ou situation un comportement différent

Une personne normale use d’un mode de réaction relativement constant. Notre personnage, quant à lui, est constamment différent sur les sentiments affichés, ses comportements comme ses opinions. La victime n’arrive jamais à le situer dans la relation ni à savoir qui il est réellement. Il est insaisissable ! et cela nous désoriente complètement.

 

Il est armé de raisons logiques

Là où une demande aurait reçu le plus mauvais accueil avec un autre, les raisons logiques qu’il avance créent l’acceptation. Ainsi, souvent, sa cible se retrouve à accepter des choses qu’elle n’aurait jamais approuvées normalement. Les demandes sont déguisées par la logique implacable de son raisonnement.

 

Vous devez être parfait

La perfection n’est pas une option ! Il vous fait croire que vous ne devez absolument jamais changer d’avis et que vous devez répondre immédiatement aux questions qu’il pose. Ainsi vous devez tout savoir et réagir à ses demandes au quart de tour.

 

Critique et dévalorise

Sa critique est discrète mais intense, il dévalorise sous couvert de l’humour au début, puis émet des jugements sur vous. Il insinue le doute sur vos qualités, vos compétences et plus généralement votre personnalité. Avec lui la personne que vous croyez être aura peu à peu perdu toute importance. Vous devenez banal, inintéressant, voire extrêmement inférieur. Il casse votre image de vous !

Fait passer ses messages par les autres

Place autrui en position de transmettre ses messages. Il en use principalement pour ne pas se dévaloriser en attaquant les autres car c’est vous qui l’aurez dit et non pas lui. Ainsi, il peut être le bourreau d’une personne tout en réconfortant cette même victime dans le même tableau.

 

Divise pour mieux régner (il isole)

D’une touche délicate, avec discrétion, il sème la zizanie tout en cultivant la suspicion. Son mode de fonctionnement est de diviser pour mieux régner. Il brise progressivement les amitiés et les groupes dans l’optique d’obtenir ce qu’il désire et que vous vous retrouviez isolé(e).

 

Il se positionne en victime

Auto-élu victime, le pervers narcissique se place dans cette position pour être la vedette. Ainsi, son entourage compatit, le plaint, le comprend dans ses épreuves. Il est celui vers qui l’on se tourne et, après tout, qui pourrait se méfier d’une victime ? Avec lui, il ne faut jamais hésiter à s’apitoyer sur son pauvre sort, mais il ne vous mangera que mieux, alors !

 

Ignore les demandes

Oui, il répondra toujours positivement aux demandes qui lui sont formulées. Cependant, il préférera ensuite s’esquiver poliment en prétextant toujours une raison valable ou vous reprocher votre demande.

 

Utilise les principes moraux des autres

Pour assouvir ses besoins, il utilise les principes moraux des autres tel un caméléon. Il peut intégrer totalement le mode de pensée d’un groupe et ses principes en faisant croire qu’il s’agit également des siens. Étant un être en réalité très versatile, il n’a aucune personnalité et absorbe celle des autres pour mieux manipuler !

 

Menaces cachées ou chantage ouvert

Il peut tout aussi bien user des menaces de manière déguisée que du chantage ouvert. Dans les deux cas sa cible doit se plier à ses exigences.

 

Change de sujet ou s’échappe

Au cours d’une conversation, il change totalement de sujet sans crier gare. Pour esquiver une question qui le mettrait mal à l’aise ou le mettrait à jour, il change de sujet comme s’il n’avait pas entendu la question. Déroutant, il peut également s’échapper en quittant la discussion ou la rencontre.

 

Mise sur l’ignorance des autres

L’ignorance des autres est une source favorable dans laquelle il puise inlassablement pour faire croire en sa supériorité. Il se sert de la crédulité des individus, de leur ignorance pour leur montrer qu’il est supérieur, et son besoin d’admiration est enfin reconnu. Il cherche souvent des personnes dans la détresse.

 

Il ment

Il ment souvent pour tout et rien, même pour des broutilles, s’inventera une vie et détestera par-dessus tout se faire démasquer. Il peut avoir des vies différentes avec plusieurs personnes en même temps. Ses mensonges sont souvent indécelables, car il va y ajouter une pointe de vécu pour les rendre crédibles assez longtemps.

 

Dit le faux pour connaître le vrai

Il prêche le faux pour savoir le vrai et cela s’applique à tous les domaines de sa vie. Cette stratégie a essentiellement pour but de lui faire savoir s’il peut faire confiance à la personne qu’il côtoie. Cela permet aussi de tester l’évolution de la prise de contrôle sur sa proie.

 

Il est égocentrique

Il rapporte tout à lui-même d’une façon très naturelle, sa nature égocentrique demeure profonde. C’est le plus beau, il est le meilleur, il veut être le gourou …

 

Il peut être jaloux

Le pervers narcissique peut être jaloux. Attention, toutefois, car ce n’est pas une jalousie sentimentale amoureuse, mais une traduction envieuse ! Il cherche par-dessus tout à le cacher, mais sa jalousie s’exprime à l’égard des capacités que vous avez et dont il ne dispose pas. Le PN vous côtoie en tant que sa chose et, vous êtes son objet. Donc vous n’avez pas le droit de le supplanter, il est le meilleur.

 

Obsédé par l’image sociale

Il ne supporte pas d’être critiqué, car il ne veut et ne peut pas être perçu comme une personne mauvaise. L’image POSITIVE que les autres renvoient de lui est capitale, pour ne pas dire vitale même, car il lui est insupportable de paraître différemment.

 

S’énerve rarement

Le manipulateur s’énerve rarement, car la prise comme la conservation de son contrôle est à la base de son fonctionnement. Sauf dans le cas d’un pervers naturellement violent, un manipulateur orchestre une crise s’il juge utile de le faire, mais ce ne sera en rien une action spontanée pour lui.

 

Ne tient pas compte des autres

Vos droits, vos besoins comme vos désirs ne tiennent aucune place pour lui, bien qu’il fasse croire le contraire.

 

Paroles opposées à ses attitudes

Quand le discours est blanc, ses actions sont noires ! Les réactions du manipulateur sont à l’opposé de l’attitude correspondant au discours.    

 

On parle de lui

Il fait constamment l’objet des conversations, même lorsqu’il n’est pas présent. C’est d’ailleurs une grosse source de satisfaction du manipulateur pervers narcissique.

 

Devient soudainement attentionné

Flatterie, sortie, petit cadeau, cette personne fait tout pour vous plaire et vous entoure de sollicitude de façon inattendue. Dans ce cas, il aura une demande à faire qu’il fera passer pour votre bien-être alors qu’il agira dans son propre intérêt. En faisant croire qu’il comble l’un de vos besoins ou par une action de gentillesse, il n’agit que dans son intérêt.

 

Provoque un sentiment de non-liberté

Provoque un sentiment de dépendance affective. Vous ne pouvez pas vous séparer de lui, même si vous savez qu’il est malsain de l’avoir comme relation.

 

Atteint ses objectifs aux dépens des autres

Il est d’une efficacité remarquable pour atteindre ses objectifs aux dépens des autres. Il sait parfaitement utiliser autrui pour obtenir ce qu’il veut. Il est le marionnettiste de son entourage.

 

Fait perdre vos repères

Avec lui, votre esprit devient confus, il retourne votre cerveau. L’expression « ne plus savoir où l’on habite » prend tout son sens avec lui. Le terme de « lavage de cerveau » est approprié, car il cherche à modeler l’autre en fonction de ses buts. Narcissisme exacerbé, il jouit d’observer à quel point il fait ce qu’il veut de sa petite souris.

 

Vampirise votre énergie

Lors de phases de dénigrement, de rabaissement, il vous vide de votre énergie. Ce n’est pas pour se ressourcer lui-même (comme pour le narcissique) donc le terme « vampiriser » est mal employé, il s’agit d’un trou noir dans les faits. Le caractère injustifié de son attitude vide l’énergie de sa victime qui ne sait jamais comment agir avec le pervers.

 

Froideur émotionnelle

Sous l’apparence d’une personne aimante, il est pourtant dénué d’empathie. Il fait preuve d’une froideur émotionnelle incroyable, sauf si sa victime lui dit être mal par sa faute. Dans ce cas de figure, il fera tout pour prouver que NON.

 

Il vous fait du mal

Avec lui vous souffrez, vous êtes psychologiquement mal et ne savez pas comment agir avec lui. Cela peut même avoir des conséquences sur votre santé par une perte d’appétit, un sommeil difficile, de la déprime…

 

 

 

POURQUOI - COMMENT - QUE FAIRE – L’EMPRISE DES PERVERS NARCISSIQUES

 

Pourquoi

 

Les victimes de pervers narcissiques parlent souvent d’une emprise, d’une dépendance : « je savais que c’était mauvais pour moi, mais je n’arrivais pas à partir ».

 

Dépendance affective, culpabilité, peur de l’abandon, peur de se retrouver seul(e), de ne plus retrouver quelqu’un, peur d’avoir raté quelque chose (lié à l’estime de soi et la culpabilité). Les raisons peuvent être nombreuses.

 

Lien avec sa propre histoire également, son enfance, les modèles parentaux que l’on a eu, peut être un ou des parents eux même pervers, des loyautés intra-générationnelles inconscientes et les bénéfices cachés (bénéfices secondaires) qui peuvent y être liés.

 

Phénomène de répétition, certaines victimes disent qu’elles attirent sans cesse ce type d’individu, pourquoi, pour comprendre quelque chose, pour évoluer, pour quels bénéfices cachés (loyauté) ? Ce qui est sûr c’est pour se défaire des pervers il faut aller de l’avant, sortir de la répétition, repartir de "l'avant".

 

La place de victime n’est pas anodine également, aujourd’hui la société exerce une sorte de reconnaissance envers le statut de victime (ah bon, t’as été avec ou tu es avec un pervers narcissique).

Aussi, certains ou certaines vont compter leur histoire personnelle dès le début de la relation, ils pensent que c’est un signe d’honnêteté, qu’ils se doivent de le faire. D’ailleurs, souvent le pervers va faire de même, il va vous compter son histoire, terrible, douloureuse (souvent un tissu de mensonges) pour gagner votre confiance, vous apitoyer sur son sort et faire en sorte qu’ainsi, vous fassiez de même. Ainsi, il connaitra vos failles et manques et pourra mieux vous manipuler.

 

Mais en faisant cela, ne nous plaçons nous pas dès le début de la relation en position de victime, l’autre se plaçant alors en position de sauveur. Mais le triangle de Karpman nous montre que c’est une relation à 3 qui se noue :

  • Victime / Sauveur / Persécuteur        

Or, n’étant que 2 dans la relation, l’autre sera à la fois le sauveur et le persécuteur.

           

 

Comment

 

Le pervers se sert des failles, des manques de sa victime pour la maintenir sous son emprise, Il appuie là où ça fait mal, la fait culpabiliser, détruit son image, son estime de soi.

Dans le même temps il la valorise, l’élève parfois au firmament, certaines victimes disent « personne ne m’a jamais traité comme lui, c’était si merveilleux parfois, j’ai l’impression que je ne pourrais plus jamais connaître ça ».

 

Dans le même temps, le pervers dira « tu n’es rien sans moi, que ferais tu sans moi, sans moi tu n’existes pas ». Il dévalorise tant l’autre, détruit son image à un tel point qu’effectivement, la victime à un moment donné finit par croire ce discours, qu’elle n’est plus rien, ce qui rend alors encore plus difficile la séparation.

 

Le pervers connait parfaitement sa proie, c’est un fin observateur et il sait parfaitement quoi apporter pour combler la personne et où appuyer pour la rabaisser quand il estime que c’est nécessaire.

 

D’autres vont se dire également qu’ils peuvent lutter, qu’ils peuvent le changer ou se changer eux-mêmes suffisamment pour éviter les reproches et les brimades du pervers (« s’il est ainsi c’est ma faute »). Mais on ne peut pas gagner face à un pervers, ils sont les plus forts, même le plus aguerri des thérapeutes pourrait s’y faire prendre.

 

On ne peut pas lutter contre un véritable pervers narcissique, la seule issue est de partir et de couper les ponts avec ce genre d’individu, ne garder aucune relation, aucun contact.

 

 

Que faire

 

Ne pas se justifier face aux critiques et remontrances

Face à une critique ne vous justifiez surtout pas, au contraire répondre en miroir en le renvoyant à lui-même. Par exemple s’il vous dit « tu n’es pas intelligent(e) », vous pouvez lui répondre « qui es tu pour me dire cela et qu’est ce qui prouve que tu es intelligent toi ». Même s’il va trouver mille manière de vous prouvez qu’il est intelligent, cela à l’avantage de changer le rapport de force, ce n’est plus vous qui vous justifiez mais lui.

 

Renouer avec ses proches

Le pervers a tendance à nous éloigner de nos proches de manière insidieuse, voire à nous couper d’eux. Il nous isole pour mieux nous avoir sous son emprise et nous dominer.

Renouer avec ses proches permet de sortir de cet isolement, cela aura également l’avantage de rendre moins difficile la séparation. En effet, si je ne suis rien sans lui et quand plus je suis seul, il est alors impossible de partir.

C’est parfois difficile car la victime peut s’en vouloir de s’être ainsi éloignée de ses proches, ou elle peut avoir du mal à demander leur aide vu qu’elle se sent coupable. Mais c’est au contraire pour elle un moyen de nouer de nouvelles relations avec ses proches.

 

(Re)Mettre de la distance

Suite au collage imposé par le pervers, il ne faut pas hésiter à remettre de la distance en faisant des choses sans lui, en allant voir des amis, des personnes qui nous sont chères. A couper son téléphone et ne pas répondre aux messages qu’il pourrait nous envoyer. Messages qu’il ne manquera pas de rendre remplis de louanges ou manipulatoires.

C’est aussi une occasion de prendre de la distance avec son emprise et d’analyser tout le mal qu’il nous fait de manière cartésienne, de prendre du recul.

 

Oser détester      

Bon nombre de victimes sont dans une quête d’amour incessante, elles ont une mauvaise image de soi (déjà avant de rencontrer le pervers) et font tout pour être aimer de l’autre. La victime cherche à être bonne, à être aimé et elle ne se permettra alors pas de détester le pervers.

Mais on ne peut pas être aimé de tout le monde et à vouloir être aimé de tout le monde on fini par être aimé de n’importe qui.

La colère fait partie du processus de deuil, il est normal d’avoir de la colère, voire de la haine, c’est une étape nécessaire au processus de résilience.

 

Faire le ménage dans son entourage

C’est aussi l’occasion de mieux s’entourer et de voir en ces moments difficiles de nos existences qui est vraiment présent et sur qui nous pouvons réellement compter.

 

Faire appel à un tiers - Se servir de la loi, de la justice

Par sa structure psychique le pervers se croit au dessus de tout, le principe de réalité n’est pas bien présent pour eux. De plus ayant refusé le complexe d’Œdipe, il déteste les relations à trois (le tiers), les triangulations. Il ne faut pas hésiter faire appel à la justice ou à un médiateur ou assistante sociale qui permettront de lui faire un rappel à la loi quand ça sera nécessaire.

 

Faire face au pervers

Le pervers adore que sa victime s’emporte, ainsi il peut dire « vous voyez comment il(elle) est, ce que je dois endurer ». Eviter de vous énerver, essayez de garder votre calme.

Il y a une chose que le pervers déteste, c’est d’être humilié en public, mais c’est une arme qui peut s’avérer dangereuse même si les pervers narcissiques sont rarement violents.

Les pervers ont aussi une faille narcissique et si elle est révélée au grand jour conjointement au fait qu’ils sont mauvais, ils seront fortement affectés et pourront même aller parfois jusqu’au suicide, mais le risque que cela se retourne contre nous est grand.

 

Sortir de la répétition

Les victimes des pervers narcissique peuvent être dans une certaine répétition, en prendre conscience et en dénouer les tenants et les aboutissants permettra d’aider à se défaire du piège des pervers narcissiques. Identifier et savoir repérer les bénéfices secondaires de la relation (car il y en a également) ira aussi dans le même sens.

 

Ne plus chercher son image dans le regard de l’autre, se défaire de cette contrainte.

Se défaire du besoin du regard de l’autre, de son approbation, sa valorisation. Apprendre à voir soi-même son image, à l’apprécier, à la valoriser sans l’autre. Nous sommes ici en plein dans un travail sur l’estime de soi.        

Quelqu’un ayant une mauvaise estime de soi aura bien plus de risque de tomber sous l’emprise d’un pervers que quelqu’un ayant une bonne estime de soi. Les proies favorites des pervers sont celles ayant une faible estime de soi, en besoin d’amour et de reconnaissance.

 

Renoncer à vouloir le comprendre

Le pervers fonctionne selon un mode qui  nous est inconnu, leur comportement est impossible à appréhender. Il faut arrêter de se dire s’il agit ainsi c’est parce que j’ai fait ci, ou parce que il s’est passé cela. On ne peut pas comprendre un pervers narcissique, cela échappe à l’entendement. Vouloir mettre du sens à leurs actes ne fait que nourrir leur emprise sur nous.

 

Réapprendre à désirer

Reconnaitre ses propres désirs, les écouter, les respecter, les prendre en compte et s’autoriser à les accomplir. Ne pas dépendre uniquement des désirs de l’autre et écouter ses propres désirs c’est aussi se respecter et s’estimer.

      

                     

L’Après

 

Le pervers aura pris une telle place dans la vie de la victime, une telle ampleur qu’ensuite le travail psychologique à faire s’apparentera à un travail sur le deuil. Le deuil de cet autre (le pervers) qui nous a envahit, mais aussi le deuil de la personne qu’il m’a fait croire que j’étais.

Nous avons un processus similaire au traumatisme où l’individu après un trauma va être dans l’obligation de renoncer à son ancienne personnalité (la personna chez Jung) pour s’en construire une nouvelle, c’est la résilience chère à Boris Cyrulnik.

 

Un processus de reconstruction de la personnalité succédera alors au processus de deuil afin que la victime reprenne confiance en elle et reconstruise son estime de soi. Voire, qu’elle la développe au-delà de ce qu’elle était avant la rencontre avec le pervers narcissique et diminuer ainsi le risque que ça se reproduise.

 

Un travail thérapeutique pourra être utile voire même nécessaire pour ces 2 phases, puis pour celles et ceux qui désirent aller plus loin, il pourra être intéressant d’aller chercher dans son histoire pour comprendre pourquoi en profondeur et se servir de cette épreuve pour évoluer.

 

Les Pervers Narcissiques

Pervers ou Narcissiques ?